2008

Encadrer le temps

Texte par Paul Bourassa

Pour sa plus récente installation, Éric Lamontagne a investi le coin « café » de la galerie Joyce Yahouda. D’entrée de jeu, décrivons le dispositif. Sur la première fenêtre, un tableau constitué d’une toile partiellement translucide avec son cadre plat peint en imitation de cadre ancien, réinterprète une vue ancienne de Montréal qui équivaut à peu de choses près à ce que nous aurions aperçu depuis cette fenêtre autour des années 1920. Sur la deuxième fenêtre, le même type de cadre vient enchâsser la vue actuelle. Enfin, sur le mur en vis-à-vis, un tableau ovale toujours bordé d’un faux-cadre où est représentée la découpe visuelle qu’aurait restitué un miroir placé à cet endroit, montrant donc partiellement la vue ancienne, mais où s’immisce une vision de l’avenir. Le tout se passe donc dans une aire de rencontre, un lieu d’échanges et non une salle d’exposition « normale ». Mais, dans le cas d’Éric Lamontagne, il est plutôt rare de retrouver ses œuvres accrochées aux cimaises de manière conventionnelle. Il transforme plutôt le lieu en un espace total d’expérience artistique.