Collection Humanoïde

Texte par Éric Lamontagne

Depuis 1995, équipé de mon appareil photo, je vais à la chasse capturer des spécimens humains comme on capture les papillons dans le but de les collectionner. Au lieu de me fabriquer un album photo souvenir, je fixe les portraits dans des boîtes qui sont miniaturisés. Ensuite, je travaille chaque portrait selon son aspect physique. Une fois classifié, j'indique sous chaque photo le nom, la date de la prise et le lieu dans des cadres, équipés de loupes amovibles pour scruter les spécimens.

 

Ce laboratoire expérimental permet la rencontre entre le scientifique et l’esthétique. Par exemple, je tente de démontrer la transformation de ces êtres hybrides par un processus de décomposition de la génétique de la couleur d’une photographie sérigraphique. Dans une autre expérience, je fais revivre les gens disparus de ma vie, par la photographie et la technologie. Je greffe à l’image des modules robotiques et électroniques pour faire bouger et revivre le souvenir d’êtres disparut.

 

Enfin, je perçois cette collection comme un journal de bord toujours en mutation, où je fais le pari de trimbaler mon appareil photo en permanence pour être en mesure d'épingler chaque rencontre significative pour le reste de mes jours.